Inclusion numérique à Charleroi

12 octobre 2021

Inclusion numérique : le wifi dans les MCA sera accessible cet été ! Belfius finance la formation de 100 aidants numériques. Et le premier Salon wallon de l’inclusion numérique se tiendra à Charleroi cet automne.

Six mois après le lancement du Plan d’actions de la Ville de Charleroi en faveur de l’inclusion numérique, porté par l’Echevin du Développement Numérique Eric Goffart, les projets connaissent un sacré coup d’accélérateur ! Au programme : du wifi disponible gratuitement dès cet été à l’Hôtel de ville et dans les Maisons communales annexes. Les deux premières bibliothèques (Rimbaud et Gosselies) seront également connectées tout prochainement. Autre bonne nouvelle : Belfius vient de marquer son accord pour financer la formation de 100 aidants numériques. D’autres grandes entreprises sont en passe d’octroyer des crédits pour financer des formations sur le territoire de Charleroi.
Selon le Baromètre de l’Inclusion numérique de la Fondation Roi Baudouin publié en août 2020, « 40% de la population belge sont à risque d’exclusion numérique : 32% n’ont que de faibles compétences et 8% sont des non-utilisateurs d’internet. Plus les revenus sont faibles et le niveau de diplôme peu élevé, moins on dispose de compétences numériques (75%) ». A l’échelle de Charleroi et de ses 200.000 habitants, cela représente 80.000 personnes potentiellement touchées par la fracture numérique.

Dans ce contexte, la majorité communale a décidé de coordonner son action de manière transversale afin de réduire la fracture numérique présente sur le territoire, et d’atteindre les objectifs d’inclusion sociale qui figurent au cœur du Projet de Ville 2018- 2024. Il importe pour cela de s’appuyer sur des relais et d’assurer leur formation.

Les acteurs de première ligne (monde associatif, agents communaux, du CPAS et de la Sambrienne, etc.) sont de plus en plus sollicités au quotidien par les citoyens pour les aider dans leurs usages numériques ou pour les orienter vers des structures adéquates.

Dans le monde associatif, on pense aux centres d’accueil de jour, aux associations en faveur des personnes âgées, à l’aide à la jeunesse, au CRIC, aux centres de planning familiaux, aux aides au logement, etc.

Au sein de la Ville de Charleroi, on pense surtout aux travailleurs des guichets citoyens qui rendent d’ores et déjà une série de services aux Carolos qui ne disposent pas du matériel adéquat (lecteur de carte pour des connexions sécurisées) ou qui ne maitrisent pas le fonctionnement de certaines plateformes ou applications (Itsme, par exemple).

« S’il est primordial d’assurer la transition numérique de l’Administration pour la rendre plus efficiente et moderne, il est indispensable de garantir également un service de qualité aux citoyens les plus éloignés des nouvelles technologies. C’est à ce double objectif que nous avons décidé de répondre au sein de la Ville de Charleroi, avec volontarisme et pragmatisme », précise l’Echevin du Développement numérique, Eric Goffart.

Pour y parvenir, la majorité communale a adopté le 8 décembre 2020 son Plan d’actions stratégique « Charleroi, territoire d’inclusion numérique ». Cette feuille de route, concernant les années de 2021 à 2024, se structure autour de trois de deux axes prioritaires axes : (1.) formation et accompagnement des publics fragilisés (via la création d’une communauté d’aidants numériques), (2.) connectivité, et (3.) supports numériques.

Ce mardi 08 juin au Collège communal, l’Echevin du Numérique Eric Goffart a pu faire le point sur l’avancement des dossiers, six mois après le lancement de son Plan d’actions stratégique.

Création et animation d’une communauté de personnes et d’organisations engagées en faveur de l’inclusion numérique

« Notre volonté est de faire de Charleroi le territoire le plus actif en termes de lutte contre la fracture numérique, d’être un territoire leader sur le sujet. L’objectif est de créer une communauté d’aidants numériques parmi les acteurs de première ligne. La Ville de Charleroi est un acteur incontournable en la matière en raison de son accroche locale et de ses contacts avec les institutions et associations locales », argumente Eric Goffart.
Plusieurs institutions et associations ont déjà été identifiées et les discussions ont débuté avec plusieurs d’entre elles.
Institutions : Ville, CPAS, La Sambrienne, autres administrations localisées sur le territoire communal.
Associatif : Planning familial, Aide au logement, Lutte contre les assuétudes, Aide à la jeunesse, Alphabétisation, Intégration
« Concrètement, nous allons mettre en place des modules de 2 x 2h30 accessibles aux travailleurs et bénévoles des structures concernées », précise l’Echevin du Développement numérique.

L’idée est de créer des partenariats entre la Ville (qui organise le modèle et sensibilise les institutions et les associations), Technofutur TIC (qui conseille la Ville, gère les inscriptions et valorise la formation), WeTechCare (qui dispense les formations et met à disposition ses ressources pédagogiques) et un partenaire financier (qui finance et co-organise la communication).

Le premier partenaire à avoir marqué son accord est Belfius. L’aide que l’institution bancaire octroie au projet permettra de financer la formation de 100 aidants numériques sur le territoire de Charleroi. « J’ai rencontré une quinzaine de grandes entreprises (nationales et carolos – banques, tech, télécoms, logistique, grande distribution, autres…). Belfius nous a déjà rejoints. D’autres grandes entreprises sont en passe d’octroyer des crédits pour financer des formations sur le territoire de Charleroi », précise Eric Goffart.

L’objectif général est de former le plus grand nombre possible d’aidants numériques. A cette fin, les moyens octroyés par Belfius nous aideront à former un grand nombre de travailleurs et de bénévoles du secteur associatif (au sein d’ASBL de première ligne actives dans les secteurs de l’alphabétisation, de l’intégration, de la grande précarité).

Par ailleurs, au sein de l’administration communale (centres troisième âge, maison de jeunes, bureaux d’état-civil/population, antennes sociales du CPAS, etc.), 50 aidants numériques ont déjà été formés, via une formation de base dispensée en visioconférence et financée dans le cadre des programmes INTERREG, en collaboration avec WeTechCare et TechnofuturTIC. Association ayant pour mission de faire du numérique un véritable levier d’inclusion, WeTechCare donne les capacités d’agir aux acteurs de terrain afin de faire changer d’échelle l’accompagnement numérique en Belgique.

L’atelier que les fonctionnaires de Charleroi ont pu suivre est une bonne entrée en matière pour découvrir les problématiques de l’inclusion numérique et acquérir les « gestes de premier secours » face à une personne en fragilité numérique – l’accueillir, évaluer son niveau de d’aptitude numérique, lever les freins à se former et l’orienter vers une structure de formation (type EPN) pour développer son autonomie numérique. La plateforme www.123digit.be a été présentée aux participants : elle aide les acteurs de terrain à accompagner leurs publics en difficulté sur le numérique. Cette plateforme permet notamment d’évaluer le niveau d’autonomie numérique des personnes.

Des formations sont mises en place en interne à l’administration pour former le personnel communal, sur base volontaire. Une vidéo a été tournée en interne. Elle est diffusée depuis ce mardi.

Connectivité : du wifi dans les MCA cet été et dans les bibliothèques
Les pouvoirs locaux possèdent un avantage comparatif très important en matière de lutte contre la fracture numérique. Ils sont sur le terrain, proches des personnes qui vivent des difficultés. C’est le cas de la Ville de Charleroi qui possède un parc important de bâtiments publics situés au cœur des quartiers, dont un grand nombre est accessible au public : bibliothèques, centres d’accueil du troisième âge, centres sportifs, antennes sociales du CPAS, Hôtel de Ville et maisons communales annexes, etc.

L’ambition est de permettre aux citoyens de se connecter gratuitement dans différents bâtiments gérés par la Ville. A cet égard, un projet d’équipement du wifi permettra d’équiper prochainement les deux premières bibliothèques en wifi : la bibliothèque Rimbaud et la bibliothèque de Gosselies.

Ce nouveau projet est additionnel à l’installation (actuellement en cours) d’un réseau de Wi-Fi urbain accessible dans les Maisons Communales Annexes ainsi que sur le territoire communal (Quais de Sambre, Parc Reine Astrid, Campus universitaire et Cité des Métiers, etc.).

« La réception provisoire pour l’installation du wifi dans les MCA a eu lieu ce lundi », ajoute l’Echevin. Concrètement le wifi dans les MCA, comment ça marche ? C’est très simple : des pictogrammes, en cours de création, seront affichés dans les salles d’attente pour informer les citoyens qu’ils peuvent se connecter et leur expliquer la marche à suivre. Une fois connectés, ils arriveront sur une plateforme responsive (qui s’adapte aux différentes tailles d’écran) qui permettra de gérer leur authentification. Porte d’entrée obligatoire sur le réseau wifi, ce portail est en cours de finalisation.

Que contiendra-t-il ? Il offrira, via une interface respectant la charte de la Ville, des informations utiles sur l’actualité de la Ville, les horaires des transports en commun, l’agenda des sorties culturelles, etc. Il sera également possible de surfer via un navigateur. Le réseau sera sécurisé de sorte à éviter toutes recherches sur des sites à caractère (pédo)pornographique ou raciste.

L’objectif en matière de connectivité est de mettre en place une dynamique d’équipement progressif de tous ces lieux en Wi-Fi librement accessible au grand public. A la demande de l’Echevin du Développement du Numérique, Eric Goffart, un montant de 750.000 euros a été inscrit au budget 2021.

« Ces montants ont été pérennisés dans le PPI. Progressivement, au moyen de marchés stocks de travaux, ces bâtiments d’accueil du grand public seront équipés en wifi, pour un investissement de 3 millions d’euros à l’horizon 2024 (750.000 euros par an) », précise Eric Goffart.

Un Salon de l’inclusion numérique en 2021

Ce mardi, le Collège communal a marqué son accord pour l’organisation d’un Salon de l’inclusion numérique à Charleroi en 2021. Public-cible : acteurs localisés sur le territoire de Charleroi (voire Charleroi Métropole). Objectif : coordonner à Charleroi, le meilleur de ce qui se fait partout en la matière.

En 2022, un Congrès de l’inclusion numérique serait alors organisé avec la Fondation Roi Baudouin. Public-cible : acteurs wallons et bruxellois et le monde universitaire.

Ces articles peuvent vous intéresser

Rénovation de la rue Chèvrefeuille à Marcinelle

La rue Chèvrefeuille à Marcinelle s’offre un lifting sur toute sa longueur, soit sur 460 mètres, de la rue de la Petite Chenevière à l’avenue de la Cité Parc. Cet axe stratégique de Marcinelle permet de rejoindre notamment le Bois du Cazier et les terrils avoisinants,...

Rénovation du Faubourg de Charleroi à Gosselies

Le chantier de réfection du Faubourg de Charleroi à Gosselies commence le 19 mai prochain. Objectifs : sécuriser les abords du Collège Saint-Michel fréquenté par près de 1300 élèves et enseignants, fluidifier le trafic et augmenter le nombre de place de...

Une question ? Contactez-moi !