Écoles incendiées à Charleroi et campagne anti-Evras – On fait le point
Temps de lecture : 3 minutes

Monsieur l’Echevin, on parle beaucoup d’écoles incendiées à Charleroi, au cours des derniers jours. Que s’est-il passé exactement ?

Pendant la nuit de mardi à mercredi, quatre écoles maternelles de la ville de Charleroi ont été incendiées en pleine nuit, à une heure quart d’intervalle.

Les services de secours sont arrivés très rapidement et ont réussi à maîtriser le sinistre. Mais l’origine criminelle ne fait aucun doute.

Ces actes étaient signés. Les auteurs ont tagué les murs avec des inscriptions « No Evras ».

La nuit suivante, un cinquième incendie s’est déclaré dans une école de Monceau-sur-Sambre et une sixième école a été touchée jeudi soir à Montignies-sur-Sambre.

EVRAS, qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie : éducation à la vie relationnelle affective et sexuelle.

Il s’agit de sessions d’information de deux heures qui sont données deux fois par an, en sixième primaire et en quatrième secondaire.

De quoi parle-t-on dans ces sessions d’information à destination des enfants et des adolescents ?

Ce sont des sessions qui sont dispensées par des professionnels agréés et qui ont pour but de donner les clés nécessaires aux enfants et aux jeunes pour grandir et pour répondre à leurs questions avec un discours adapté au sujet des relations sexuelles et affectives.

On y parle du respect de soi et de l’autre, de l’importance de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles, du respect des orientations sexuelles de chacun, de la nécessité de dénoncer les violences sexuelles, etc.

Vous pensez que c’est utile ?

Je pense que c’est indispensable. Il est fondamental que notre société aide et accompagne les jeunes à se construire au mieux.

Notre époque peut donner une vision tronquée de l’image de la vie sexuelle et affective, telle qu’elle peut être véhiculée sur Internet, au cinéma ou dans les médias.

L’école doit aider à aborder ces questions. Cela doit permettre d’éviter la souffrance chez de nombreux jeunes qui vivent ou vivront des difficultés.

Tout le monde n’est pas de votre avis…

Malheureusement, il y a des groupements ultra-conservateurs qui s’opposent avec virulence à cet élément de nos programmes d’enseignement.

Certains extrémistes sont manifestement prêts à tout pour combattre ce dispositif. Attaquer des écoles maternelles… Quelle honte ! C’est inadmissible. C’est abject.

A-t-on des indices sur les auteurs ?

Cela relève de l’enquête menée par les autorités judiciaires. J’espère qu’elles y consacreront les moyens nécessaires. Ils doivent être conséquents pour que les auteurs soient durement punis.

Toucher à l’école, c’est toucher au cœur de notre société, à l’enfance, aux valeurs que nous chérissons le plus : l’éducation, l’enseignement, le vivre ensemble.

Nous ne pouvons pas transiger sur ces questions.

C’est l’ensemble de la société qui est victime de ces actes détestables.

Il y a aussi les victimes plus immédiates.

Bien entendu. Je pense d’abord à toute la communauté scolaire des écoles touchées : les enfants, les parents, les enseignants, le personnel d’encadrement, les directions…

Je pense à eux au sein des écoles touchées par ces actes, mais également à toutes les écoles situées sur notre territoire qui sont autant de communautés d’éducation, d’apprentissage et de sociabilité.

Concrètement, comment les choses vont-elles s’organiser ?

Notre administration est sur le pont pour rétablir les lieux d’apprentissage qui ont été touchés et les rendre à nouveau accueillants aussi vite que possible. La police renforcera bien évidemment ses contrôles auprès des établissements d’enseignement, de jour comme de nuit.

Par ailleurs, des concertations ont lieu avec la ministre de tutelle pour apporter le meilleur soutien à l’ensemble du personnel enseignant confronté à ces questions sur le territoire de la ville de Charleroi.

Nous ferons le point sur la question à l’occasion du prochain collège communal.

Ces articles peuvent vous intéresser

Emploi – Comptable

Emploi – Comptable

Employeur : Ville de Charleroi. Date limite : 06/03/2024. Vous êtes titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur de type court ou assimilé en rapport avec la fonction. MISSION Assurer la gestion de la trésorerie de la Ville de Charleroi et de sa Zone de police...

Emploi – Inspecteur·rice pédagogique - Enseignement artistique

Emploi – Inspecteur·rice pédagogique - Enseignement artistique

Employeur : Ville de Charleroi. Date limite : 13/03/2024. Vous êtes titulaire d’un diplôme de l’enseignement universitaire de type long ou assimilé en rapport avec la fonction à exercer (master en sciences de l’éducation ou master dans le secteur de l’art) et d’un...

.printfriendly a { background: white !important; padding: 0.5em; margin-bottom:2em; -webkit-border-radius: 2px; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; }