FAQ – Les travaux s’achèvent dans ma rue. Bientôt, ce sera Francorchamps !

 

Depuis quelques années, la Ville de Charleroi a relancé une politique d’investissements ambitieuse dans les quartiers, et ça commence à se voir !

A titre d’exemple, le Plan Routes 2016 prévoit la rénovation de 80 voiries entre mars et novembre.

A ce jour, les 3/4 des chantiers sont achevés.

Mais une question revient systématiquement.

 

On aura bientôt une nouvelle rue… Mais ce sera Francorchamps, ici !

Effectivement. L’une des conséquences des rénovations routières, c’est que la nature du trafic évolue avec l’état du réseau.

Les routes en bon état attirent plus de véhicules, qui ont tendance à rouler plus vite.

 

Qu’avez-vous prévu pour ma rue ?

Il faut distinguer deux cas de figure : les travaux de rénovation lourde (chirurgie lourde) et les travaux de remplacement de revêtement (lifting).

 

En cas de rénovation lourde (chirurgie lourde)

Les travaux de rénovation lourde sont organisés sur un temps long. Il y a énormément d’opérations techniques à réaliser, par exemple la pose d’un nouvel égouttage et le raccordement de toutes les maisons de la rue à cet égouttage.

Ces travaux d’ampleur sont soumis à une demande de permis d’urbanisme auprès de la Wallonie.

A l’occasion de la préparation des dossiers pour la demande de permis et la passation du marché public de travaux, les services techniques étudient la nature du trafic et préparent les plans en conséquence.

Dès que les plans sont prêts, ils sont soumis pour approbation à la CTM.

La CTM (Cellule Trafic Mobilité), est un organe composé de techniciens, spécialistes de la mobilité et de la sécurité routière : Police du trafic, TEC Charleroi, service de la Voirie, service de la Mobilité, etc.

La CTM remet un avis en fonction des données dont elle dispose, et en particulier des données de la Police locale de Charleroi qui peut procéder à des analyses de trafic détaillées en fonction des nécessités.

Concrètement, les plans sont adaptés en fonction de l’avis de la CTM, et les dispositifs ralentisseurs sont alors prévus pour être intégrés lors de la rénovation lourde de voirie : chicanes, rétrécissements, trottoirs traversants, plateaux, coussins berlinois, etc.

 

En cas de remplacement de revêtement (lifting)

Les travaux de remplacement de revêtement sont organisés sur un temps plus court. Il s’agit « simplement » de remplacer le revêtement existant, et de prolonger la durée de vie de la voirie sur le long terme.

Ce sont des travaux pour lesquels le gabarit de la voirie ne change pas et la logique de mobilité autour de cette voirie et du quartier est à priori maintenue en l’état.

Cela étant, bien que ce chantier soit à priori plus rapide et ne soit pas soumis à une demande de permis (on ne modifie pas la « philosophie » de la voirie »), la nature du trafic évolue.

Par conséquent, je demande systématiquement à la Police du trafic de procéder à de nouvelles analyses de trafic, après réalisation des travaux.

L’évolution du trafic et du comportement des automobilistes est évidemment impossible à prévoir avec précision avant chantier.

En fonction des résultats de ces analyse de trafic, la Police soumet (ou non) le dossier à la CTM. Et au besoin, on intègre les dispositifs ralentisseurs recommandés : chicanes, rétrécissements, trottoirs traversants, plateaux, coussins berlinois, etc.

 

Concrètement, j’ai une question relative à la vitesse dans ma rue, qui contacter ?