roux-rue-estacade

Roux – Rue de l’Estacade

A l’ordre du jour du Conseil communal : la rue de l’Estacade à Roux

Le Conseil communal sera amené ce lundi 26 septembre à arrêter définitivement les modes et conditions essentielles du marché public de rénovation lourde et d’égouttage de la rue de l’Estacade à Roux, après validation des documents du marché par la Wallonie.

 

Que signifie concrètement cette étape ?

Le Conseil communal est amené à se prononcer sur les éléments essentiels du marché public de travaux :

  • Le montant estimatif (près de 188.000 euros HTVA, subsidiés par la Wallonie et par la SPGE) ;
  • Les clauses techniques et administratives du marché ;
  • Le mode de passation du marché (le type de procédure suivie).

 

Et une fois que le Conseil communal se sera prononcé ?

On peut passer à la mise en adjudication.

Les documents du marché seront alors publiés au journal officiel des marchés publics (le Bulletin des Adjudications), pour que les entreprises de travaux publics qui souhaitent remettre une offre pour la réalisation des travaux puissent le faire.

Au terme de cette période laissée aux entreprises pour préparer leurs dossiers, le Collège communal sera appelé à attribuer le marché à l’entreprise qui a remis la meilleure offre régulière, en exécution du droit belge des marchés publics. Là encore, la Wallonie doit donner son avis (quand la Wallonie paye, elle veut être au courant de ce pour quoi elle paye, c’est normal).

 

Donc, dès que le Collège aura attribué le marché, on peut commencer les travaux dans la rue de l’Estacade ?

Pas si vite !

La loi prévoit des voies de recours, ouvertes à divers intéressés :

  • Contre le permis d’urbanisme (eh oui, même la Ville est tenue de demander un permis quand elle veut faire des travaux importants) ;
  • Contre l’attribution du marché (si une entreprise estime que la Ville s’est trompée dans son attribution).

Par ailleurs, divers types de contraintes que nous ne maîtrisons pas, ou pas entièrement (questions budgétaires, environnementales, emprises, impétrants, intempéries), peuvent encore survenir et rendent la date du début de chantier assez aléatoire.

 

Mais vous pouvez quand même nous donner une date ?

Une date, non. Une intention, oui. Dans les meilleurs délais ! ?

Pas avant 2017 en tout cas. Peut-être plus tard s’il y a des complications.

 

Et vous trouvez vraiment que c’est une belle avancée que vous réalisez, alors que les travaux ne commenceront pas avant des mois, voire des années ? Vous êtes vite content !

Oui, c’est une belle avancée, parce que le financement et le subside sont acquis, que les importantes études techniques ont été réalisées et que tout a été mis en place pour organiser la suite de la procédure.

J’en profite d’ailleurs pour féliciter et remercier les services qui ont travaillé sur ce dossier, parce qu’on ne se rend pas toujours compte du travail conséquent que représente la gestion de dossiers d’investissements complexes.

 

On sera quand même prévenus avant que les travaux commencent ?

Bien entendu !

Dès que l’on aura nos assurances sur le fait que les travaux peuvent démarrer (parce que le dossier n’est plus susceptible de recours, notamment), j’organiserai une réunion publique qui nous permettra de communiquer sur l’organisation concrète du chantier, le phasage des différentes étapes, les personnes de contact, etc.

 

Bon. Si je comprends bien, on a franchi une étape importante, mais la route est encore longue et incertaine avant le début des travaux ?

Un peu moins longue qu’avant. Toujours incertaine, parce que les écueils sont nombreux. Mais on a la volonté d’aller au bout, aussi vite que possible. Et avec de la volonté et de la motivation, on va loin.

A bientôt sur ce chantier !

EG