Actualités politiquesTravaux publics

40 millions d’euros pour les voiries, les bâtiments et la mobilité douce

Sur proposition de l’Echevin des Travaux Eric Goffart et en partenariat avec l’Echevin de la Mobilité, de la sécurité routière et des bâtiments Xavier Desgain, le Conseil communal de ce lundi 25 novembre est amené à valider la liste des projets (voiries, bâtiments et mobilité douce) qui sera proposée à la Région wallonne dans le cadre du Fonds régional d’investissements des communes (FRIC) 2019-2021.

Grâce à ce mécanisme de subsidiation, la Ville de Charleroi peut solliciter un investissement de la Wallonie à hauteur de 60% pour chacun des 37 projets soumis. Ces derniers représentent une enveloppe totale de 39.252.905 euros, subside et part SPGE compris.

En ce qui concerne plus précisément les infrastructures routières, ce n’est pas moins de 30 chantiers en profondeur qui sont présentés pour un montant total de 24.066.163 euros dont 7.534.581 euros pris en charge par la SPGE (Service Public de la Gestion des Eaux). Concernant les bâtiments, 6 projets sont soumis pour un montant total de 12.563.093 euros. Enfin, la Ville de Charleroi sollicite un financement pour la création d’une boucle vélo pour un montant total de 2.623.649 euros.  

30 rues rénovées

« Les chantiers menés dans le cadre du FRIC sont réalisés de façade à façade (trottoir, filet d’eau, bordure et chaussée) et comprennent pour 70% des voiries concernées des aménagements d’égouttage, soit du remplacement car les canalisations existantes sont en mauvais état, soit du placement d’un nouvel égouttage. Ces chantiers répartis dans les cinq districts représentent une longueur totale de 14 kilomètres ! Parmi les axes qui seront rénovés, on peut citer la rue Neuve à Charleroi, la rue Joseph Wauters à Dampremy ou encore la rue du Fond Boulet à Marcinelle », explique l’Echevin des Travaux Eric Goffart. 

Ces travaux de chirurgie lourde (remplacement de la voirie comprenant le coffre) viennent compléter les travaux de lifting (remplacement de la couche d’usure) réalisés dans le cadre des marchés stocks.

La liste des rues a été arrêtée selon plusieurs critères : nécessité de placer de l’égouttage ou de remplacer l’existant, dégradation de la voirie, continuité de projets structurants.

Ces investissements s’inscrivent dans le cadre des projets retenus dans le Plan Stratégique Transversal : l’intégration du principe STOP qui consiste à prioriser la mobilité douce ;  l’amélioration de la qualité des espaces publics et l’analyse de l’opportunité de prévoir des pistes cyclables dans toutes les rénovations de voirie.

Les différents dossiers prévoient des aménagements de sécurité routière : sécurisation des carrefours et des passages pour piétons, aménagements pour les P.M.R, plateaux surélevés, coussins berlinois, dévoiement, rétrécissement, dos d’âne, potelets, barrières, marquages au sol, signalisations verticales.

D’importants chantiers du FRIC ont récemment été terminés comme à la rue Jean Jaurès à Montignies-sur-Sambre, d’autres sont en cours comme à la rue Appaumée à Ransart et certains commenceront dans les mois à venir.

Bâtiments : on rénove pour tous les âges

Des chantiers très importants sont prévus grâce à cette enveloppe. On épinglera la rénovation complète de la Crèche Dourlet, pour un montant qui avoisine les 4 millions ainsi que la démolition de la  très vétuste maison des jeunes de Couillet et la reconstruction sur le même site d’un bâtiment fonctionnel, moderne et plus grand qui permettra à cette dynamique maison de se déployer, pour un montant de près de 3 millions. Mais il y aura aussi la rénovation du centre pour ainés Reine Fabiola à Charleroi-Nord, les travaux de rénovation de la MCA de Lodelinsart, la démolition et reconstruction du centre pour ainés, dit centre Meurée et la transformation d’un bâtiment pour diverses activités dont un espace pour les PEPS à Monceau-sur-Sambre. Des investissements importants, qui complètent un arsenal déjà bien fourni de rénovation énergétique cofinancés grâce au tiers investisseurs,  qui mettent en lumière la dynamique mise en place au niveau des bâtiments publics à Charleroi, rappelle l’échevin Xavier Desgain en charge des bâtiments.

Un cyclo ring de 23 kilomètres

Depuis vingt ans, la ville de Charleroi réfléchit à la constitution d’un réseau de radiales affectées aux cyclistes leur permettant de pénétrer l’intraring de manière confortable et sécure. Une radiale a vu le jour sur Gosselies, d’autres suivront et des aménagements ponctuels ont été réalisés qui visent à favoriser la mobilité douce et cyclable. Mais tous ces aménagements ne font que souligner la nécessité d’avoir un cyclo ring, une ceinture cyclable qui cerne Charleroi et s’inscrive en tant que voie structurante. La ville de Charleroi sollicite une subvention de la Région Wallonne dans le cadre du fonds régional d’investissement afin de réaliser cette infrastructure vélo, dont le coût est estimé à 2.623.649 euros dont 1.574.189 à charge de la RW.

Cet investissement est inscrit dans le Plan Stratégique Transversal. Les objectifs opérationnels sont, d’une part, de développer une politique de déplacement qui favorise la mobilité douce et d’autre part, de mettre en place l’infrastructure adaptée à la politique de déplacement souhaitée par la Ville de Charleroi.

Environ 60 voiries sont concernées par la création de cette boucle d’une longueur de 23 kilomètres qui passera près du Makro à Lodelinsart (N569), l’abattoir de Charleroi, la MCA de Gilly (N29), l’hôpital Sainte-Thérèse (N572), la MCA de Montignies-sur-Sambre, le Port Autonome, TIBI à Couillet, le rond-point de Couillet Queue (N5), le Bois du Cazier, la Cité Parc, le Musée de la Photographie (N53), la gare de Marchienne Zone, le futur stade, la rue des Déportés, la rue du Calvaire, la rue du Port, la rue de Jumet.     

Cette boucle nécessitera tant des aménagements sur des infrastructures existantes (le long de la N572 : du rond-point de Couillet Queue jusqu’à la rocade de Gilly) que la création de nouveaux sites propres comme la nouvelle jonction entre la passerelle de la rue Hoyat (au-dessus de l’A503) à Marcinelle jusqu’au rond-point de Couillet. 

« Un des objectifs majeurs de la ville de Charleroi est d’augmenter la part modale réservée au vélo dans la ville, elle est de 1% quand elle est déjà de 5% à Bruxelles. Le retard n’est pas typique à Charleroi mais bien à la Wallonie ;  la Ville compte jouer un rôle moteur pour prendre à bras-le-corps cet enjeu et également encourager les autres modes de mobilité douce Or, les infrastructures et la sécurité, plus que déclivité ou le climat, sont des facteurs encourageant la pratique cyclable. Charleroi se veut ambitieuse en matière de mobilité douce, on rappellera qu’1,4 million sont déjà prévus chaque année pour l’aménagement d’itinéraires cyclables sécurisés, souligne l’échevin en charge de la mobilité  et de la Sécurité routière Xavier Desgain.

L’Echevin de la Mobilité Xavier Desgain et l’Echevin des Travaux Eric Goffart travaillent en parfaite collaboration sur ce projet. 

« Les rénovations d’infrastructures routières tiennent compte de tous les utilisateurs des modes de déplacement doux. Si une enveloppe de 5 millions d’euros est prévue pour la rénovation des trottoirs durant cette législature, des investissements conséquents sont aussi réalisés pour favoriser le déplacement des cyclistes. Avec mon collègue en charge de la Mobilité Xavier Desgain, nos objectifs sont clairement répartis : il définit les itinéraires cyclables ou tout aménagement spécifique à réaliser, on s’accorde sur le plan budgétaire et puis je prends en charge la passation du marché public, l’obtention si nécessaire d’un permis, la surveillance du chantier, l’approbation des états d’avancement et enfin, le paiement. Bref, toute la partie qui relève des Travaux », explique l’Echevin des Travaux Eric Goffart. 

Annexe : liste des 30 rues à rénover

Charleroi – Rue du Beffroi – Rue Turenne
Charleroi – Boulevard Janson
Charleroi – Rue du Dauphin
Charleroi – Rue Neuve
Charleroi – Rue de la Régence
Jumet – Rue d’Assaut
Jumet – Rue de la Fraternité
Jumet – Rue Houtart
Jumet – Rue Lambillotte
Jumet – Rue de la Marine
Jumet – Place des Martyrs
Jumet – Rue de l’Union
Marcinelle – Rue des Eglantiers
Marcinelle – Rue Lagrange
Monceau/sur/Sambre – Rue Adolphe Desy
Monceau/sur/Sambre – Rue de Goutroux
Mont/sur/Marchienne – Rue Bois du Curé
Mont/sur/Marchienne – Rue Haies Germaine
Ransart – Rue Jean Froie (pie rue J.Daye)
Roux – Rue Sous le Bois
Dampremy – Rue Arthur Decoux
Dampremy – Rue Pierre-Joseph Lecomte
Dampremy – Rue Joseph Wauters
Jumet – Rue Sohier
Marchienne Docherie – Rue du Congo
Marcinelle – Rue Alexandre
Marcinelle – Rue des Bans
Marcinelle – Rue du Fond Boulet
Marcinelle – Rue Alfred Leroy